Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 12:45

Qui est indigne ? Qui ne l'est pas ?

 

Mimosa se pose souvent cette question. Où  et quand commence l'indignité ?

 

D'ailleurs, pourquoi parle-t-on du droit de mourir dans la dignité ?

 

Existe-t-il une autre façon de mourir ? Est ce que le fait d'avoir un gros ventre dans les derniers moments de sa vie, de perdre ses cheveux, de perdre la tête, de baver, de renifler, de péter, de roter sans cesse, d'être incontinent...Est-ce  que cela rend indigne ?

 

Faut-il être propre et avoir toute sa tête pour avoir le droit de mourir digne ???

 

Est ce indigne pour un vieux monsieur et ancien président de la République de droite de dire à un candidat de gauche qu'il votera pour lui ? Ou d'oser dire quelques grivoiseries à des femmes rencontrées ici et là, ou encore de dire à un ami homosexuel que finalement il n'aime pas trop cette catégorie de gens...

 

Ce n'est pas indigne puisqu'il ne se rend pas compte de ce qu'il dit...

 

Est-ce indigne quand on est un autre vieux monsieur de vendre un produit pharmaceutique pour ce qu'il n'est pas ?

 

On ne peut pas dire que ce n'est pas indigne puisqu'à l'époque il n'était pas encore un vieux monsieur...

 

Certaines maladies ainsi que la vieillesse peuvent annuler l'indignité en l'excusant.

 

Mimosa aime beaucoup cette phrase de Jean Rostand, dans les Pensées d'un biologiste :

 

" L'homme, tout compte fait, n'a rien à dire de l'homme. Etant seul à se juger, il peut se grandir ou se réduire à sa guise : Tel un fou qui, sans risque de contradiction, pourrait choisir entre le délire des grandeurs et celui de l'indignité."

 

Mimosa se souvient aussi de ce film, sorti en 1965, et dont la France avait raffolé : "La vieille dame indigne" avec cette actrice :

 

1093____cm___sylvie___ip___la_vieille_dame_indigne.jpg

Sylvie qui avait enfin connu un grand succès à un âge avancé, après des années et de années de carrière dans le théâtre et le cinéma.

 

C'était l'histoire d'une dame bien rangée qui à la mort de son mari décide de vendre tous leurs biens et de s'acheter une voiture pour partir en voyage avec sa copine Rosalie, serveuse de bar délurée, au lieu de répartir l'argent entre ses enfants...

 

L'indignité, parfois on l'aime, parfois on ne l'aime pas. Ca dépend...

 

Partager cet article
Repost0

commentaires