Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 17:00

Nicolas Sarkozy n'en décolère pas. Il croyait être attendu, tel le Messie, ce soir sur France 2 afin de montrer sa petite mine et ses traits tirés après cette si longue nuit à Bruxelles avec Angela et les autres, et voilà qu'il vient d'apprendre qu'il est invité uniquement parce que Mimosa Goldstein, qui avait souhaité s'exprimer ce soir, est finalement trop fatiguée pour le faire.

 

Il la remplacera donc au pied levé. Ne nous inquiétons pas, il a de quoi dire. Il va pouvoir faire le beau en parlant de cette histoire de recapitalisation du système bancaire de l'Union européenne, parait-il à hauteur de 106 millions ou milliards d'euros, de la division par 2 (ça reste une division facile...) de la dette publique grecque, peut-être un peu des chinois aussi quoique ce ne soit pas certain.

 

Mimosa, si elle avait eu le courage de venir, aurait parlé du dernier film de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud "le poulet aux prunes".

 

Un très beau film où elle a eu le plaisir de voir l'ange Azraël, l'ange de la mort, qui avait l'air en pleine forme, d'entendre de très beaux morceaux de violon interprétés par Renaud Capuçon, d'apprécier non seulement l'histoire, sa poésie ainsi que celle des décors, d'être surprise par l'apparition d'Isabelle Rossellini :

  isabella_rossellini_001_050508.jpg

 

 

qui ressemble de plus en plus à sa mère ce qui est souvent le cas chez les filles de ces mères à qui on ressemble en vieillissant.

 

Un très beau film qui a fait penser à Mimosa que vraiment, les histoires de dette publique, de recapitalisation du système bancaire, des chinois qui s'intéressent à nos dettes, etc.... franchement ELLE S'EN FICHE COMPLETEMENT !

 

Elle n'est pas idiote, elle sait bien qu'elle va tout payer plus cher, que son petit abattement de 10% de retraitée va bien finir par lui passer sous le nez, que sa mutuelle va augmenter ainsi que ses billets de train, l'essence, le gaz, l'électricité... Tout cela, elle le sait mais vraiment ça ne présente aucun intérêt...Alors que voir l'ange Azraël, entendre du violon à déchirer l'âme, voir la neige tomber sur un Téhéran tel que le voit la réalisatrice dont on connait l'imagination débordante, c'est ça qui est important.

 

Et puisqu'il est question de Marjane Satrapi, n'hésitons pas à avoir une pensée pour elle, son film "Persépolis" qui vient d'avoir bien des soucis en Tunisie et surtout pour toutes les femmes musulmanes qui n'ont peut-être pas de très beaux jours devant elles.

 

Alors, les histoires de Sarko qui fait le beau avec la dette publique, on s'en fout !

Partager cet article
Repost0

commentaires