Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 14:28

Cooper Labbé n'en démord pas : Il veut savoir ce que sont ces "parties fines" dont il entend parler depuis plusieurs jours à la radio. Parties fines à Lille ou à New York.

 

Il souhaite que Mimosa fasse une recherche sur Internet.

 

Elle a fini par céder à cette requête insistante ne pensant pas qu'il serait aussi difficile d'avoir une réponse claire, nette et précise.

 

Le moteur de recherche a d'abord proposé un large éventail de choses fines comme s'il ne voulait pas aborder ce sujet des "parties".

 

Alors, il a été question de "tartes fines", "d'épiceries fines", de "fines herbes", de pâte à pizza

 

pate-fine.jpg

 

 les plus fines possibles, de "fines parties de ping-pong"...

 

Mais rien de tout cela ne semblait correspondre à ce que l'on peut faire dans un hôtel à Lille ou à New York.

 

Mimosa allait se décourager et abandonner lorsque Cooper lui fit remarquer qu'un site la renvoyait à "Parties fines". Il pensait que ça valait le coup d'aller voir.

 

Le premier site était réservé aux abonnés, celui d'après évoquait du champagne et des prostituées... Pas très avancés les deux enquêteurs...

 

Un autre citait un article de journal où il était question de soirées passées en notes de frais quand enfin Mimosa trouva la définition qu'elle cherchait : Il s'agissait de discrets moments de plaisirs collectifs.

 

Donc, récapitulant, elle put offrir cette définition au Sergent Cooper : Il s'agit de discrets moments de plaisirs collectifs passés en notes de frais et arrosés de champagne en compagnie de prostituées.

 

- Est-ce interdit, demanda le Sergent ?

 

Mimosa qui ne dispose que de très peu de moralité fut bien embêtée pour répondre à cette question. Malgré tout, elle souligna que c'est au niveau des notes de frais que ça doit faire mauvais effet car sinon comment porter un jugement négatif sur ces moments de plaisirs collectifs à une époque où l'on parle sans arrêt de convivialité, où il faut être convivial à tout prix sous peine d'être exclu de la société ?

 

Cooper Labbé lui demanda ensuite si elle avait déjà dormi à l'hôtel à Lille ou à New York.

 

Elle fut bien obligée de répondre affirmativement. Oui, elle y avait déjà dormi.

 

Avait-elle participé à une soirée fine ?

 

Elle ne pensait pas. Elle se souvenait surtout d'avoir dîné d'un très bon yaourt et de gâteaux secs dans son lit à Lille devant la télévision et elle pouvait assurer que ce n'était pas passé en notes de frais. Et à New York, elle avait dû faire à peu près la même chose.

 

Par contre, elle lui dit en secret être au courant de "choses fines" qui se passaient lorsqu'elle était enfant, dans la ville sainte ou de certains codes employés par les portiers d'hôtels lorsqu'elle était hôtesse de l'air et descendait dans les palaces...

 

- Un exemple ?

 

- Un seul alors : A Hambourg, il fallait demander un oreiller supplémentaire au portier pour avoir de la visite dans l'heure qui suivait...

 

Craignant d'avoir été trop loin et d'avoir choqué ce cher Cooper, elle le regarda droit dans les yeux. Mais elle ne discerna qu'un énorme vide dans son regard. Il n'avait rien compris !

 

Ce qui prouve bien que toutes ces histoires ne sont guère intéressantes...

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires